Fugue

14 septembre 2006

Fugue, une histoire de Nessy

J'ouvre ce blog pour organiser les bouts d'histoire publiés en vrac au Fond du Lac et vous en faciliter la lecture. Mémé Keridwen m'a suggéré de les faire apparaître les uns à la suite des autres, par amitié pour Guillaume de Baskerville, lequel vit toujours un amour indéfectible avec ces objets antiques, les livres. Ce qui vous permettra une lecture suivie, de haut en bas.
Le dernier message est atteignable d'un clic sur la souris, sur la gauche de l'écran. Vous avez le début de l'histoire et un morceau de la fin, il manque une gosse partie au milieu que je tenterai, vaille que vaille, de combler.

Bonne lecture !

Posté par Nessy à 17:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


L’île

L’île m’avait semblé longtemps comme une étape obligée, une ligne à franchir avant de plonger vers l’horizon, une limite rassurante du monde connu, une frontière avec l’avenir. Je n’imaginais pas alors à quel point elle allait changer ma vie, la briser en deux parties l’Avant et l’Après, tout en restant à elle seule un monde entier entre deux mondes.

l_ile_05

Je l’avais abordée un jour d’été. C’était une victoire sur mes rêves d’enfant. Enfin, j’avais quitté la terre chaude et maternelle. Je m’étais aventurée, seule sur ce bout d’océan, qui m’effrayait autant qu’il m’attirait. Je pouvais planter mon drapeau sur le sable de l’île car j’avais ouvert, en l’abordant, la Porte Sacrée de l’Aventure.

Posté par Nessy à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'île (suite)

L’apprentissage de la voile fut difficile. Je consacrai trop peu de temps à cette passion. J’étais dévorée par de multiples feux intérieurs qui me poussaient dans des directions diverses et contraires. J’avais l’impression de vivre plusieurs vies, et chacune étant à la fois unique et précieuse m’emportait vers des avenirs aussi attirants les uns que les autres.

l_ile_012

La première fois, j’avais dû repartir avec la même marée. Ce qui m’avait laissé à peu près une heure de liberté sur l’île, une heure si courte que je n’avais pas su la mettre à profit pour visiter. En grimpant sur l’énorme rocher au bout de la plage, j’avais pourtant aperçu le toit de la maison auprès des arbres.

l_ile_14

Je m’étais persuadée quelle était déserte, abandonnée, tout comme l’île qui n’aurait connu, selon mes désirs, aucun habitant depuis les invasions vikings. Évidemment j’aurais pu me renseigner à terre, mais cela n’avait aucun intérêt pour moi à cette époque. L’île était mienne, autant que l’Océan, parce que je l’aimais.

l_ile_041

Je ne revins sur l’île qu’un an plus tard.

...

Posté par Nessy à 17:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

contact

Je ne revins sur l’île qu’un an plus tard.

l_ile_03


Et j’y rencontrai Anne. Tout de suite j’aperçus sa silhouette sur la plage. J’hésitai à faire demi-tour. Mon amour pour l’Océan était trop exclusif. Je considérais que chaque étape me rapprochant de lui, m’appartenait. Toute intrusion dans mon domaine était donc détestable. Cependant cette deuxième approche de l’île avait absorbé mon esprit par vagues intermittentes tout l’hiver. Je ne pouvais l’abandonner ainsi.

C’était la première journée d’un long week-end de trois jours comme on en a plusieurs au printemps. Je comptais rester moins d’une dizaine d’heures sur l’île, entre deux marées. J’avais appris à tenir compte des courants et calculé mes horaires en fonction des flux et reflux. Levée dès l’aube, j’arrivais donc sur l’île un peu avant huit heures. Il faisait frais. J’avais envie d’une boisson chaude.

l_ile_02

Anne ramassait des coquillages. Elle arpentait la plage, la nuque inclinée, s’accroupissant régulièrement et fouillant parfois le sable avec un bout de bois d’échouage. Les petits limicoles s’enfuyaient devant elle et se reposaient un peu plus loin pour accomplir des gestes tout à fait semblables aux siens. Cette pensée m’égaya. Cette silhouette, finalement, s’harmonisait avec la nature. Ce qui n’était pas mon cas. Je pestais soudain après les couleurs vives de mon bateau et de mes vêtements. Je devais me rendre à l’évidence, je n’avais rien d’un oiseau de mer. C’était peut-être moi l’intruse !

C’est Anne qui m’aborda la première. J’avais fini par l’oublier un peu, tellement ses gestes réguliers et son allure discrète l’assimilait au paysage de l’île. Je m’étais installée sur un rocher où j’avais déballé mes provisions et mon réchaud. En passant près de moi, elle me souhaita un bon appétit. Je remerciai machinalement et nous aurions pu en rester là, quand une série de questions traversa mon esprit. Elle tenait à la main, outre son pochon rempli de coquillages, un énorme bois de flottage. J’essayai d’imaginer quand et comment elle était arrivée sur l’île. Était-elle arrivée la veille, ou encore plus tôt que moi ? Et que ferait-elle de tous ces trésors ? Où était son bateau ? J’avais contourné la moitié de l’île et n’en avait aperçu aucun amarré sur ses rives. L’idée de lui demander à quoi était destinée sa pêche me sembla trop indiscrète, alors je lui posai la question du bateau. Elle rit. J’habite ici, répondit-elle, comme si la question était insolite.

Posté par Nessy à 17:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]

désarroi

J’habite ici, répondit-elle, comme si la question était insolite.

l.ile_01

Le choc me terrassa. L’île, mon île, n’était pas plus déserte qu’elle ne m’appartenait ! Anne ressentit, plus qu’elle ne vit mon désarroi. Mais ça, je ne le devinerai que beaucoup plus tard, quand j’aurais appris à la connaître.
Bien loin de ce que j’aurais pu m’imaginer, je sus plus tard qu’elle voyait un grand nombre de touristes passer sur l’île chaque été. En général, ils ne s’avançaient pas à l’intérieur et restaient bronzer ou pêcher sur les grèves. Certains restaient quelques temps au mouillage dans cette crique où j’avais amarré le catamaran. Et Anne, toujours très polie, leur disait quelques mots sans jamais tenter de rentrer dans leur intimité, préservant ainsi la sienne.


enezpoull

 

Cependant, entre nous, l’attirance fut immédiate. Fascinées par notre singularité mutuelle, nous cherchâmes à prolonger ces instants de découverte. Je lui proposai du thé, qu’elle accepta aussitôt avec sa naturelle simplicité.
A peine remise de ma déception, que je ressentis comme une trahison de la part de l’île, j’hésitais à relancer la conversation. Mais je devinais qu’il fallait à tout prix accrocher l’intérêt d’Anne. Du rôle d’intruse dans mon monde intérieur, elle était devenue en quelques secondes une part de l’île. Une pièce précieuse de la Porte Sacrée ouverte sur l’horizon.
J’allais dire une banalité, qui m’aurait sans doute fait souffrir plus tard, quand par chance, elle me devança à nouveau.

 

parisiens80
Paris-1980

 

“Je n’habite pas vraiment ici, rectifia-t-elle, je n’y viens qu’en vacances pour me désennuyer de Paris.”

Posté par Nessy à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


J’allais pénétrer les secrets de l’île

“Je n’habite pas vraiment ici, rectifia-t-elle, je n’y viens qu’en vacances pour me désennuyer de Paris.”

Sa voix était douce et posée. Elle donnait l’impression d’une grande sérénité, avec pourtant une bonne dose de nostalgie. Par contraste absolu, je me sentais fébrile et habitée de bouillonnants remous.
“Vous vous ennuyez à Paris ? J’y habite aussi et je pense que Paris est tout sauf ennuyeuse. Tour à tour j’adore où je déteste cette ville, mais jamais encore je ne m’y suis ennuyée ! Chaque pas peut y être aventureux. Les murs, les fenêtres, les visages, les jardins révèlent des beautés, des souffrances, des secrets cachés, visibles à qui sait ouvrir les yeux.
– Quelle chance d’avoir vos yeux, dit-elle en se moquant un peu de moi.

hou03

– J’avoue que parler de la beauté de Paris quand on se trouve ici, assises sur un rocher face à la mer est un peu déplacé. Mais j’ai une véritable passion pour cette ville. Je peux difficilement me passer d'elle, comme de l’Océan, d’ailleurs. Quand je suis près de l’un, je pense forcément à l’autre. Heureusement qu'il existe des endroits magiques comme les îles. Qu’elles soient Venise ou Bréhat, peu importe, leur charme agit de même façon, je calme pour un temps mes passions. Celle île-ci, pourtant, je la croyais déserte. Visitée seulement par les sternes ou Poséïdon.
– C’est exact, je suis Calypso et je vous garde jusqu’à ce que les vents, ou la marée soient plus favorables. Venez, je vous fais visiter.”
J’avais encore trop et trop mal parlé. Quelle folie me hante ! Jamais de calme. Une énergie incontrôlable me poussait toujours à désirer ce qui me dépassait. L’équilibre, je le retrouvais dans l’action, dans la création. La contemplation ne m’apportait pas de repos, elle m’emplissait de sentiments contraires, d’attente, de nostalgie, d’amertume, de curiosité. J’avais toujours envie “d’aller voir de l’autre côté”. L’invitation d’Anne, me fit l’effet d’une secousse électrique. J’allais pénétrer les secrets de l’île en compagnie, je n’en doutais pas, d’une divinité maritime.

hou04

Elle s’était nommée Calypso, je la voyais Morgane. Fine, brune, longue, souple avec les cheveux comme des algues brunes, elle glissait très vite et sans bruit sur les galets puis à travers la lande, chargée de ses trésors marins qu’elle portait sans effort. Derrière elle, je sentais mes muscles se réchauffer sous l’action et la suivre sur ce sol irrégulier m’essoufflait. Je m’étais crue jeune et sportive avant de la connaître. J’allais apprendre sur cette île qu’il ne fallait se fier ni à la carrure des gens ni surtout à leur âge apparent. De cette femme qui avait au moins le double de mon âge se dégageait la sveltesse et l’énergie d’une adolescente.

Posté par Nessy à 17:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

sur les sentes bordées de bruyère

J’allais pénétrer les secrets de l’île en compagnie, je n’en doutais pas, d’une divinité maritime.

L

Elle déposa la branche et le sac de coquillages au bord d’une allée bien ratissée qui avait surgi perpendiculairement à notre trajet. Puis nous repartîmes sur les sentes bordées de bruyère, de genêt, d’ajoncs et de fougères. Elle me fit faire le tour de l’île, ce qui prit deux bonnes heures, d’une marche rapide entrecoupée d’escalades et de courtes haltes au sommet des rochers.

L

Pendant toute cette randonnée matinale, îlienne et imprévue, sur un territoire que j’avais cru pouvoir m’approprier et qui était en partie le sien, j’écoutais cette nouvelle amie me parler d’elle-même, de son travail, de ses amis et surtout de son père. Car elle y revenait sans cesse et je compris peu à peu qu’il était à la fois un père affectueux, un homme passionné, un artiste talentueux et l’âme véritable de l’île. J’appris aussi qu’elle était la fille de sa troisième femme et qu’il s’était marié une quatrième fois, assez récemment, mais qu’il venaient de divorcer. Mais dans l’instant je croyais que les dissensions conjugales d’un vieil homme inconnu ne m’intéressaient absolument pas et je m’étonnerais un peu plus tard qu’elles me reviennent si vivement en mémoire.

menarrompet

“Nous avons presque bouclé le tour de l’île, me dit-elle en s’arrêtant soudain. Il te reste maintenant à voir l’essentiel : mon père ! Dis-toi bien que ce que tu vas découvrir à présent, seuls nos amis intimes et quelques touristes égarés ont pu le voir. C’est l’idée de papa. Autrement dit, si tu entres ici, tu pénètres son âme.
– Et à quelle catégorie j’appartiens ?
– Tu es une touriste égarée bien-entendu !”
Elle me tutoyait déjà, au bout de deux heures, alors qu’il me faudrait presque deux ans avant d’accepter que je pouvais aussi me le permettre. Malgré sa simplicité d’attitude et de langage, je restais impressionnée par toute la noblesse qui se dégageait d’elle.
J’allais donc rencontrer Nicolas. J’étais attentive au moindre signe.

   

Posté par Nessy à 17:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les sortilèges des fées me donnaient à lire l’envers de la brume

J’allais donc rencontrer Nicolas. J’étais attentive au moindre signe.

allee

Ces deux heures avait stimulées mes sens. Déjà, je comprenais que leur vie à tous deux était guidée par l’art. Lui était peintre et sculpteur et elle tenait une galerie d’exposition rue des Saints-Pères. Et je me doutais bien que ce goût qui les liait était plus qu’un passe-temps ou un métier. Ils en vivaient, comme on vit d’eau et d’air pur. Les ajoncs s’entremêlaient peu à peu d’arbustes. Puis les arbustes se mêlaient d’arbres. La lande devenait forêt dans cette partie de l’île. Les sentes sauvages se transformaient progressivement en pistes forestières puis en allées bien entretenues, telle que j’en avait croisé une, tôt ce matin. Au loin, j’aperçus une statue.statue

Étais-je toujours sur l’île déserte de mes rêves d’enfant ? Non, certainement pas ! J’avais abordé sans nulle doute Avallon, la terre du Double-Monde, où les sortilèges des fées me donnaient à lire l’envers de la brume, un monde irréel, magique. Morgane en personne me guidait certainement vers celui qui ne pouvait être que le Roi Pêcheur.

Posté par Nessy à 17:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un incroyable navire

Morgane en personne me guidait certainement vers celui qui ne pouvait être que le Roi Pêcheur.

bisquine
ce n'est pas "le Serpent" que je ne peux pas vous dévoiler
mais la bisquine cancalaise qui passe devant mes îles à marée basse

    
   
   

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes,
O mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !
Baudelaire   

   

Il était incroyable que cette île qui semblait ordinaire vue de la mer, recelât de tels paysages. Une île bretonne, couverte de landes et d’une petite forêt, dont les arbres cachaient en vérité un parc paysagé, raffiné à l’extrême, à la fois baroque et mesuré. Ce n’était que les premiers abords de la maison. Celle-ci s’ouvrait sur un jardin plus envoûtant encore. Je n’aurai la joie de le connaître que deux saisons plus tard. Pour l’instant je suivais Anne dans ce paysage qui n’avait déjà plus rien à voir avec celui que nous venions de parcourir.
L’allée tourna brusquement et j’eus la surprise de découvrir un petit port en contrebas. Un bassin circulaire, presqu’entièrement fermé, était relié à la mer par un couloir en chicane bordé de falaises. Totalement invisible de l’extérieur, il fallait certainement de plus, une grande dextérité pour manœuvrer un bateau jusque là. J’apprendrais que des moines s’étaient installés ici au VIe siècle, puis des Vikings au Xe, et des pirates au XVIIIe. Que le bassin avait été recreusé à main d’homme et qu’il fallait régulièrement l’entretenir pour garder un accès navigable même à marée basse.
Sur le moment je ne vis que le bateau. Un incroyable bateau, mi-drakkar (j’appelais encore ainsi les barques vikings), mi-yacht anglais, assez court pour pouvoir entrer dans ce havre, assez long pour affronter le grand Océan. Son mât articulé était posé sur le plat-bord. Il était fin sur les deux tiers de sa longueur et à peine plus pansu au centre. La poupe et la proue étaient relevée à hauteur d’homme et terminées par d’élégants volutes. La cabine paraissait confortable. De nombreux hublots bien situés devaient l’éclairer généreusement. Abandonnant mon guide, je descendai au plus près pour l’admirer. Je n’avais jamais vu pareil navire. Son nom « Le Serpent » se détachait en lettres d’or sur le tableau arrière. Le quai en granit rose couvert d’algues était très glissant. Je tombai rudement et m’écorchai salement les deux mains.

 

bisquine_enfer
la bisquine en contre-jour devant la Baie de l'Enfer

 

Posté par Nessy à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nicolas O. Sturlusson

Avant de périr sous leur propre poids de plus en plus écrasant et de plus en plus inutile, les livres auront été la vie même. Ils auront recueilli des paroles choisies entre toutes pour leur sens et leur son, pour leur force pour leur beauté. Ils auront constitué le savoir, ils auront transporté, par le seul chant de leurs mots lus avec ravissement et répétés en silence par les lèvres des jeunes gens, des millions et des millions, des milliards de lecteurs. Les livres auront donné, pendant quelques millénaires, l’image de la dignité et de la puissance de l’homme. Et, plus peut-être que rien au monde, à l’exception de l’amour, plus que l’argent, plus que le pouvoir, plus que les paysages les plus magnifiques et les plaisirs les plus rares, ils auront fait son bonheur.
Jean d’Ormesson

   
   

Je suis seul.

Même la présence de ma fille ne me distrait pas de ma solitude. Elle vient me voir une à deux fois par mois et de temps en temps, c’est moi qui la rejoins à Paris, pour un vernissage. Bien qu’elle me le défende. Elle ne trouve pas raisonnable que je prenne le train seul. Comme si cette solitude ponctuelle était plus dangereuse que l’autre. La solitude qui me ronge le ventre et finira par me désespérer. Dans la foule je suis seul. Dans ma bibliothèque, en compagnie de tous mes amis écrivains, je suis seul. Seul sur mon île. Seul dans ma vie. Seul dans mon âme. Mes fils ne m’écrivent plus. Ils téléphonnent parfois. Ils sont attentionnés, mais ils ne m’écrivent plus. Ils aiment le cinéma, la musique, certains la peinture. Aucun ne partage ma passion pour la lecture. Ils m’envoient des films de leurs petits-enfants. Ils sont tous venus au dernier Noël sur mon île perdue, avec des sacs chargés de cadeaux. Anne avait fait décorer le premier jardin de sculptures lumineuses. C’était beau. Théâtral. On aurait pu croire au bonheur, partagé par une famille nombreuse et unie. Mais la sérénité d’un bonheur familial est loin de pouvoir combler ma solitude.

J'erre de livre en livre, ne sachant plus auquel m'attacher.

Longtemps j'ai aimé collectionner les savoirs. Peupler ma vie de la pensée des autres. Mais un seul homme peut-il absorber toutes les pensées du monde ? Et cette quête, vers quoi, vers qui mène-t-elle ? Ma vie s'achève. Elle aura duré presqu'un siècle. C'est beaucoup plus que n'en demande un homme. Mais l'humanité demande-telle à vivre ? Elle est. Et le mystère de cette présence dans l'univers reste et restera à jamais un mystère. Car plus loin sont repoussées les limites du savoir, plus nombreuses viennent les questions. Et plus loin est repoussée la réponse à celle que pose notre présence. Notre présence et notre conscience. La conscience de notre présence.

Posté par Nessy à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Comme un souffle ...

Le quai en granit rose couvert d’algues était très glissant. Je tombai rudement et m’écorchai salement les deux mains.

Anne ouvrit l'armoire à pharmacie. C'était une petite armoire métallique blanche et ornée d'une croix rouge directement accrochée au-dessus de l'égouttoir de l'évier. La douleur avait déclanché une de ces insoutenables migraines qui me gâchait la vie, provoquant des vagues de nausées et des battements de gong sous mon crâne. L'armoire à pharmacie, qui à un autre moment aurait été un objet d'une totale laideur, captait toute mon attention. Derrière le paquet de coton, les bandes de gaze et le désinfectant, allais-je voir apparaître la boîte d'aspirine absolument indispensable à ma survie ? Comment le sublime peut-il s'accrocher à des détails si ordinaires ? J'étais dans un tel état de souffrance que je ne l'entendis pas entrer dans la cuisine. Je sursautai en entendant sa voix :"Que se passe-il ? Un blessé ?"

Des marteaux dansaient le rock derrière mes sourcils. Je découvris un homme grand, très âgé, au regard très bleu et à l'allure magnifique.

Le sang arriva violemment dans tout mon corps.
L’ultime rencontre doit toujours se passer ainsi. Une voix claire qui étouffe le vacarme, un regard qui efface les murs, l’unique pièce manquante d’un puzzle aux contours infinis qui retrouve sa place et qui impose un sens au Tout avant qu’on l’ait cherchée.

 

yeux

Posté par Nessy à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

un regard qui efface les murs

Je découvris un homme grand, très âgé, au regard très bleu et à l'allure magnifique.

   

Je vécus ce moment comme en un songe. La scène apparaissait derrière l’écran trouble de la migraine qui m’oppressait les tempes. Subjuguée par la clarté de ce regard et tétanisée par le rythme du tambour que j’avais sous le crâne, plus que par les blessures de mes paumes, les détails de la pièce prenaient sous mes yeux éblouis un jour étange. Rien n’était accordé, chaque détail me semblait en dissonance avec son voisin, de l’armoire à pharmacie ridicule qui ne contenait ni aspirine, ni aucun médicament connu, jusqu’à la table en formica bleu qui jurait dans les murs de ce manoir. Je pensais qu’elle aurait mieux trouvé sa place dans l’arrière-boutique de la boulangerie de mes parents. Quant aux habitants de l’île, j’étais incapable de porter à leur encontre quelque jugement sensé, tant ils me paraissaient hors du commun.

L’homme s’assit près de moi sur le banc qu’il enfourcha, sans manière. Il prit un flacon posé par Anne sur la table, ainsi qu’un morceau de gaze, puis il saisit une de mes mains.

« Etes-vous tombée dans les rochers ? » me demanda-t-il. Je ne vis plus que son visage. 

Autant que je m’en souvienne, j’avais vraiment envie de répondre normalement, poliment. Cependant, ma voix ne parvint pas à franchir le fond de ma gorge. Je restais ébahie, rougissant de honte et mystérieusement, soudainement, totalement muette et imbécile. Le regard de ciel arctique me scruta étonné, pendant qu’un indéfinissable sourire éclairait son visage.

 

ciel_soleil

 

 

Posté par Nessy à 17:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]